Angkor

Angkor Wat

angkor-wat

Angkor Vat ou Angkor Wat (kh: ប្រាសាទអង្គរវត្ត; Prasat Angkor Vat) est le plus grand des temples du complexe monumental d’Angkor au Cambodge. Il fut construit par Suryavarman II au début du xiie siècle en tant que « temple d’État » et capitale. Temple le mieux préservé d’Angkor, l’une des plus grandes villes médiévales du monde, il est le seul à être resté un important centre religieux depuis sa fondation, initialement hindou et dédié à Vishnou, puis, bouddhiste.

Découvrez les différents site d’Angkor : Angkor Thom, Angkor Wat, Baksei Chamkrong, Banteay Srei, Phnom Bakheng, Preah Kô, Ta Prohm

Plan d’accès :

Le temple :

Le temple est l’archétype du style classique de l’architecture khmère. Il est devenu le symbole du Cambodge et figure sur son drapeau national. Il est le principal lieu touristique du pays.

Angkor Vat combine deux bases de l’architecture khmère pour les temples : le côté temple-montagne et le côté temple à galeries. Il est conçu pour représenter le mont Meru, la maison des dieux dans la mythologie hindoue.

À l’intérieur d’une douve et d’un mur externe de 3,6 km de longueur se trouvent trois galeries rectangulaires, chacune construite l’une à l’intérieur de l’autre. Au centre du temple se dressent des tours en quinconce. Contrairement à la plupart des temples d’Angkor, Angkor Vat est orienté vers l’ouest, probablement parce qu’il est orienté vers Vishnou.

Le temple est admiré pour la grandeur et l’harmonie de son architecture et les nombreux bas-reliefs qui ornent ses murs. Sa beauté et sa taille sont telles que beaucoup le considèrent comme la huitième merveille du monde. Il donne également des indices sur l’important système hydraulique d’Angkor. Il est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

L’histoire :

Angkor Vat fut construit dans la première moitié du xiie siècle par le roi Suryavarman II dont le règne s’étala de 1113 à 1150. Comme le Baphûon était dédié à Shiva et que Suryavarman II honorait Vishnou, il décida la construction d’un nouveau temple au sud de la ville. Ceci pourrait expliquer que l’entrée d’Angkor Vat est orientée vers l’ouest — vers Vishnou —, contrairement aux autres temples khmers.Le travail de construction semble avoir pris fin à la mort du roi, laissant inachevés quelques-uns des bas-reliefs décoratifs. En 1177, Angkor fut pillé par les Chams, les ennemis traditionnels des Khmers. Par la suite, l’empire fut restauré par Jayavarman VII, qui mit en place une nouvelle capitale, Angkor Thom et un temple d’État, le Bayon, quelques kilomètres plus au nord.Au xive siècle ou xve siècle, le temple fut adapté au culte bouddhiste avec un remaniement notable du sanctuaire central. Aujourd’hui encore, le temple est visité quotidiennement par des moines bouddhistes.Parmi les temples d’Angkor, Angkor Vat fut l’un des temples les mieux conservés car, même s’il fut quelque peu négligé après le xvie siècle, il n’a jamais été complètement abandonné. Sa préservation étant due en partie au fait que ses douves fournirent une protection contre le développement de la jungle sur le site. L’un des premiers visiteurs occidentaux du temple fut António da Madalena, un moine portugais qui s’est rendu sur le site en 1586 et a déclaré que le temple « est d’une telle construction extraordinaire qu’il n’est pas possible de le décrire sur papier, d’autant plus qu’il n’est pas comme les autres bâtiments dans le monde. Il a des tours, des décorations et tous les raffinements que le génie humain peut concevoir ». Toutefois, le temple n’a été popularisé en Occident que dans le milieu du xixe siècle grâce à la publication des notes de voyage du naturaliste français Henri Mouhot. Celui-ci écrivit d’ailleurs : « Qui nous dira le nom de ce Michel-Ange de l’Orient qui a conçu une pareille œuvre, en a coordonné toutes les parties avec l’art le plus admirable, en a surveillé l’exécution de la base au faîte, harmonisant l’infini et la variété des détails avec la grandeur de l’ensemble et qui, non content encore, a semblé partout chercher des difficultés pour avoir la gloire de les surmonter et de confondre l’entendement des générations à venir ! ».

Mouhot, comme d’autres visiteurs occidentaux au début, a été incapable de croire que les Khmers pouvaient avoir construit le temple, et le data faussement vers à peu près la même époque que la Rome antique. En fait, faute d’écrits, la véritable histoire d’Angkor Vat n’a été rassemblée qu’à partir des seules données stylistiques et épigraphiques accumulées pendant les travaux de restauration effectués sur l’ensemble du site d’Angkor.Angkor Vat a nécessité de considérables efforts de restauration au xxe siècle, principalement par l’enlèvement de la terre accumulée et de la végétation7. Le travail a été interrompu par la guerre civile lorsque les Khmers rouges prirent le contrôle du pays pendant les années 1970 et 1980. Relativement peu de dégâts ont eu lieu au cours de cette période, autres que le vol et la destruction de la plupart des statues datant des époques post-angkoriennes10.Le temple est devenu le symbole du Cambodge et est une source de grande fierté nationale. Depuis environ 1863, une représentation d’Angkor Vat figure sur le drapeau du Cambodge. C’est le seul bâtiment à apparaître sur un drapeau national. Depuis 1992, tout le site d’Angkor fut classé sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO et même jugé « en péril » jusqu’en 200412. En 2008, c’était le seul site cambodgien distingué de la sorte par l’UNESCO12.En janvier 2003, des émeutes ont éclaté à Phnom Penh car une fausse rumeur prétendit qu’une actrice thaïlandaise de soap opera aurait affirmé qu’Angkor Vat appartenait à la Thaïlande.

Architecture :

Le complexe occupe une surface totale de 1 500 mètres sur 1 300 mètres.La décoration khmère, abondante mais harmonieuse, est principalement composée de représentations de dieux, d’hommes et d’animaux, qui remplissent chaque surface plane. Les combats et les épisodes de légendes sont fréquents. Les décorations florales sont réservées aux bordures, aux moulures et aux chapiteaux. Les principaux matériaux utilisés sont des grès de différentes couleurs et la latérite. La pierre était découpée en blocs énormes assemblés avec une grande précision sans emploi de ciment, probablement par rodage sur place.

Visite en 3D du site :

Source : Wikipedia

Leave a Comment

Destination Cambodge

GRATUIT
VOIR