fbpx
Histoire

Les dates clés du Cambodge d’hier à aujourd’hui

jours-feries-cambodge

Retrouvez les dates clés du Cambodge depuis la fin de la 2ème guerre mondiale à nos jours

8 novembre 1949 : Accord franco-cambodgien: la France concède au Cambodge le statut d’état associé au sein de l’Union française.

9 novembre 1953 : le Cambodge, monarchie constitutionnelle, protectorat français depuis juillet 1863, obtient son indépendance et devient un Etat souverain. C’est l’aboutissement de la “croisade de l’indépendance” menée par le Roi Norodom Sihanouk.

Septembre 1960 : Pol Pot crée le Parti communiste khmer.

18 mars 1970 : un coup d’Etat, organisé par le général Lon Nol, destitue Norodom Sihanouk, chef de l’Etat, qui s’exile à Pékin. La monarchie est abolie. La République sera proclamée le 9 octobre.

17 avril 1975 : les Khmers rouges, dirigés par Pol Pot et Khieu Samphan, entrent dans Phnom Penh et prennent le pouvoir. Ils instaurent la République démocratique du Kampuchea et déclenchent un génocide qui fera près de 2 millions de victimes, sur une population totale de 8 millions.

Dates clés au cambodge : Phnom Penh en 1979
Phnom Penh en 1979

7 janvier 1979 : les Vietnamiens prennent le contrôle du pays et installent la République populaire du Kampuchea. Les Khmers rouges prennent le maquis.

22 juin 1982 : formation d’un gouvernement de coalition en exil, anti-vietnamien. Présidé par Norodom Sihanouk à Pékin, et reconnu par l’ONU, il regroupe les sihanoukistes, les républicains et les Khmers rouges.

Octobre 1989 : fin du retrait officiel de l’armée vietnamienne.

Janvier 1985 : Hun Sen est nommé Premier ministre à Phnom Penh.

23 octobre 1991 : les accords de Paris, signés par les Cambodgiens, l’ONU, et 18 pays garants, placent le pays sous tutelle de l’ONU jusqu’à l’organisation d’élections libres.

l'ONU placent le pays sous tutelle
l’ONU placent le pays sous tutelle

23 mai 1993 : les élections législatives contrôlées par l’ONU donnent une majorité relative de 47% au Funcinpec royaliste, au détriment du Parti du peuple cambodgien communiste. Un gouvernement de coalition, rassemblant les deux partis, est formé le 16 juin. Il est dirigé par deux Premiers ministres : le prince Norodom Ranariddh et Hun Sen. La Monarchie est rétablie le 24 septembre, Norodom Sihanouk remonte sur le trône.

7 juillet 1994 : un vote à l’Assemblée nationale met les Khmers rouges “hors-la-loi”.

8 août 1996 : un dirigeant Khmer rouge, Ieng Sary, se rallie au régime de Phnom Penh, en même temps que plusieurs milliers de ses partisans.

Juin 1997 : réfugié dans la jungle, Pol Pot, est écarté des instances dirigeantes des Khmers rouges par une faction dissidente. Il est jugé et condamné à la prison à vie par ses anciens lieutenants.

Juillet 1997 : un coup d’Etat de Hun Sen évince Norodom Ranariddh du pouvoir.

15 avril 1998 : mort de Pol Pot, d’une crise cardiaque.

30 novembre 1998 : Hun Sen est officiellement seul Premier ministre.

29 décembre 1998 : Les dirigeants khmers rouges Khieu Samphân et Nuon Chea se rallient au gouvernement de Hun Sen.

30 avril 1999 : le Cambodge devient membre de l’ANASE.

29 avril 2000 : résolution de l’Assemblée générale des Nations unies pour la création d’un tribunal international.

Découvrez les différents site d’Angkor : Angkor Thom, Angkor Wat, Baksei Chamkrong, Banteay Srei, Phnom Bakheng, Preah Kô, Ta Prohm ainsi que nos réseaux sociaux Facebook et Instagram

3 février 2002 : premières élections municipales ; le Parti du peuple cambodgien, rafle 60 % des suffrages et 98,5 % des 1 621 mairies en lice.

29 janvier 2003 : émeutes anti-thaïlandaises à Phnom Penh à la suite des propos prêtés à une chanteuse du royaume voisin selon lesquels Angkor serait thaï. L’artiste démentira par la suite n’avoir jamais tenu de tels propos.

27 juillet 2003 : Élections législatives. Le PPC du Premier ministre Hun Sen remporte 73 des 123 sièges en jeu, mais doit composer avec le FUNCINPEC (26 sièges) pour former un nouveau gouvernement.

11 septembre 2003 : Le Cambodge devient membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

7 octobre 2004 : Norodom Sihanouk abdique en tant que roi du Cambodge.

14 octobre 2004 : Le fils de Sihanouk, Norodom Sihamoni, devient le nouveau roi du Cambodge.

Le palais royal au cambodge
Le palais royal au cambodge

3 juillet 2006 : Les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens, tribunal chargés de juger les derniers haut dirigeants khmers rouges encore en vie sont ouverts.

7 juillet 2008 : l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO du temple de Preah Vihear dégénère en crise frontalière entre le Cambodge et la Thaïlande.

27 juillet 2008 : Élections législatives. Le Parti du peuple cambodgien du Premier ministre Hun Sen décroche 90 des 123 sièges en jeu. L’opposition conteste les résultats.

25 octobre 2009 : arrachage d’une borne frontière provisoire dans la province de Svay Rieng, par Sam Rainsy, principal opposant, qui entend ainsi protester contre le programme de délimitation de la frontière entre le Cambodge et le Vietnam.

3 février 2012 : Douch est condamné en appel à la perpétuité par le tribunal parrainé par les Nations unies.

15 octobre 2012 : l’ancien roi Norodom Sihanouk meurt à Pékin à l’âge de 89 ans.

28 juillet 2013 : nette percée de l’opposition aux élections législatives, qui remporte 56 des 123 sièges en lice.

11 novembre 2013 : un nouveau jugement de la cour internationale de justice confirme les droits du Cambodge sur l’ensemble du site de Preah Vihear classé au patrimoine mondial.

22 juillet 2014 : accord entre l’opposition et la majorité sur le partage des responsabilités à l’Assemblée nationale qui clôt la crise née des élections parlementaires du 28 juillet 2013.

admin
Author: admin